Ouvrir un magasin de jeux ?

Ce sujet a 63 réponses, 27 participants et a été mis à jour par  Romn, il y a 1 mois.

  • Créateur
    Sujet
  • #494881

    Romn

    Je commence à penser de plus en plus à me reconvertir et ouvrir une boutique de jeux en France.

    Je commence à faire des budgets, des plans de ce que j’aimerais. J’ai un lieu : ma belle famille vit dans une ville de 35.000 habitants où il n’y pas de boutique, quand je vois des magasins comme ceux de Toulouse qui florissent et embauchent à tout va, ou même vers chez mes parents où il semble bien survivre dans une ville de 15.000 habitants, je me dis qu’il y a un potentiel.

    Je me dis que ça pourrait me plaire de conseiller des jeux à des gens (je le fais déjà beaucoup), après je ne sais pas si les autres aspects de la vie de commerçants me plairont, je ne sais déjà pas si je les connais, je n’ai personne qui exerce ce métier dans mon entourage.

    Bref :

    – Est-ce que vous avez des expériences à raconter sur le métier de vendeur de jeux ?

    – On fait quoi de ses journées quand on est vendeur ? Y a vraiment des gens qui passent entre 9h et 12h ou 14h et 17h ?
    Vous pensez que je peux arrondir mes fins de mois en faisant du développement web quand il n’y a personne dans la boutique ?

    – Vous pensez qu’on peut survivre dans une petite ville en ne faisant que du jeux de société ou il faut aussi faire du GameWorkshop (qui a l’air pénible aves ses licences), du Magic, farces et attrapes ou que sais-je ?

    – Y a moyen d’en vivre convenablement ?

    – Il faut combien de temps pour arriver à ouvrir une fois qu’on s’y met pour de vrai ?
    Là je me dis qu’il me faut :
    – une formation compta/gestion d’entreprise
    – faire un dossier et trouver un prêt
    – créer une identité graphique et numérique
    – trouver un local et l’aménager
    Je compte six mois, ça vous parrait correct ?

    Attachments:
    1. Magasin de jeux - Le Temple du jeu à Nantes

      Magasin-de-jeux-Le-Temple-du-jeu-Nantes.jpg

30 réponses de 31 à 60 (sur un total de 63)
  • Auteur
    Réponses
  • #494986

    pouillotin
    XP: 3,861
    Rank: Découvreur

    L alternative au complément de vente jouets, c est la librairie et/ou les goodies de geek.

    La librairie c’est a mon avis un mauvais message et/ou pas du tout adapté en complément (trop de différence de public). Le geek ca dépend…

    Pour Magic avec les tournois c’est quasi incontournable coté marge et rentrées fixes je pense 😉 (GW avec leur nouvelle politique peut être moins débile qu’avant mais perso j’irai pas de ce coté la).

    Beaucoup de librairie complète leur offre avec du JDS, c’est aussi le cas de Cultura, fnac…

    Vu de loin (c’est pas mon domaine), les ponts paraissent nombreux :

    beaucoup de joueurs ont une belle bibliothèque remplie de BD, Roman, artbook …

    D’ailleurs certains éditeurs papier (hachette…) se lancent dans le carton

    et… je dois retourner bosser…

     

    1 user thanked author for this post.
    #494993

    Merguez
    XP: 4,611
    Rank: Découvreur

    car c’est la cible qui me semble avoir le plus gros potentiel dans la ville que je vise (pas d’université, peu de cadres, peu de bobos, donc finalement un public geek assez limiter).

    Si tu espères faire de la vente ton métier et gagner ta vie, sors toi de la tête ce genre de raccourcis/préjugé (et ce n’est pas le premier que tu fais, tu as déjà au moins à une occasion taper une reflexion analogue sur les ingénieurs et le jeu de société, ou plutôt sur les non-ingénieurs, que je n’avais pas relevé mais que j’avais trouvé particulièrement malvenue). Ce n’est pas parce que les gens de te ressemblent pas que vous n’aurez pas des intérêts, loisirs ou des passions en communs.

    Si tu en es à cataloguer les gens avant même de les connaître, laisse tomber, tu n’es pas fait pour la vente. (de la part d’un ancien staff de GW, et même si tu les trouves reloud avec leur licence, dis toi que c’est une excellente école pour le commerce de jeu sur un marché vraiment de niche et qui fait peur au tout venant, entre les univers et l’aspect modelisme. Je ne te parle pas de nulle part, quoi.)

    2 users thanked author for this post.
    #495008

    Giraud Florian
    La Redac
    XP: 7,079
    Rank: Curieux

    Le marché ne va pas s’effondrer, ce qui va s’effondrer c’est le modèle de production actuel, d’un côté l’on va revenir sur un modèle plus artisanale avec des jeux a forte qualités ludique de l’autre vers un jeu plus hybride, dématérialisé qui va de plus en plus couper court aux l’intermediaires tel que le vendeur-conseiller en boutique, d’ici à une dizaines d’années une majorité de « joueurs » auront des jeux de société avec « assistance » électronique comme celui la

    (il n’est que le premier de son genre) quelque chose qui ce rapproche d’avantage du modèle Steam, d’ailleurs Steam lorgne fortement bien ce qui ce passe dans le domaine du Boardgame. Je vous laisse imaginer le binôme CMON-STEAM…

    Bon HS  mais ca j’avais pas vu et ca a l’air bien cool 🙂

    Il est fini le temps des cathédrales 🙁

    #495011

    Romn
    XP: 5,967
    Rank: Découvreur

    @merguez, désolé pour la formule bancale je sentais en écrivant que je n’arrivais pas à bien expliquer ce que je voulais dire. Merci de me le faire remarquer.

    Mais je pense que quand tu fais un commerce, tu dois quand même essayer de cibler ta clientèle, et faire en sorte qu’elle se reconnaisse dans ce que tu offres, non ?

    Et donc, je pense avoir plus de potentiel en visant une clientèle plutôt familiale et grand public, qui n’est pas forcément celle du joueur de Magic moyen (même si ça s’ouvre beaucoup (et pour GW je ne commente pas, c’est un univers que je ne connais que très peu, ça m’a toujours attiré mais je n’ai jamais eu l’occasion d’y plonger, mais du coup je ne suis pas sûr que ça soit une bonne idée d’en vendre sans en être un joueur soit-même)).

    Mais voilà, aux différents clubs de jeux que j’ai fréquenté, y a toujours eu de tous les profils sociaux, j’ai pas de classement de valeurs par rapport à ça (à part que dans la discussion présente, les joueurs qui vont aux clubs sont plus des « gros joueurs » et ils achètent plus en ligne que dans leur boutique locale).

    #495018

    Damsrpg
    XP: 1,953
    Rank: Prospecteur

    Je rejoins Jean-Michel et les autres copains concernant les remarques.

    Avant d’être dans le secteur actuel, j’ai été vendeur pendant 6 ans chez Games Workshop (2002-2008) puis mon ancienne compagne était vendeuse chez Sortilèges. L’expérience que j’en retire est assez nostalgique, car c’est avant tout un mix de gestion et de relations humaines/sociales. J’ai ensuite bosser dans le commerce pendant 5 autres années (informatique entre autre) avant de me lancer en tant qu’entrepreneur dans le milieu du digital et de l’édition.

    Tu aura des amplitudes horaires de 10h-19h (sans compter le ménages et tout ce genre de chose) incluant une gestion importante des week-end pour le conseils mais également pour les animations. La majeur partie du temps sera du conseil en boutique afin de créer un socle de fidélisation. Tout ça c’est pour l’aspect humain/convivial.

    Il y a aussi un aspect entrepreneur car tu sera ton propre patron (et là on va du côté de mon métier depuis 5 ans environs) : la gestion de ton entreprise, le temps va grossir et tu explosera les 70h-80h semaine. Il va y avoir ta relation distrib mais avant toute chose, ton rayonnement possible. Comment se faire connaître et comment attirer une clientèle ? Je te conseille fortement de te rapprocher d’enseigne comme Sortilèges ou le Temple du Jeu pour une franchise. Tu gagnera du temps et de l’expérience en échange d’une partie de tes bénéfices (gestion du visuel, partage des stocks, relation distrib/fournisseur existant…).

    Il n’empêche qu’il faudra que tu réalises une étude de marché pour prouver que tu connais ton sujet pour ta banque mais également tes partenaires. Il va falloir trouver un local et pignon sur rue, ce qui coûte souvent une blinde si tu es sur une rue 1 ou 1bis afin d’avoir le plus de passage possible. Cette étude de marché peut être accompagné par des acteurs de la CCI de ta ville et c’est un peu la difficulté de faire cette étude en étant de loin de France mais pas impossible. Dans tout les cas elle sera nécessaire pour prouver que ton activité peut marcher et être viable (autant dans le temps avec des plans de financement que dans sa structure avec ton business plan).

    Pour répondre à tes interrogations avec mes expériences.

    – On fait quoi de ses journées quand on est vendeur ? Y a vraiment des gens qui passent entre 9h et 12h ou 14h et 17h ?

    Oui des gens passent 🙂 Surtout si tu fidélises, si tu as de la place pour des animations. Sinon tu vas t’occuper de gérer ton entreprise avec tes stock, ta communication, ta paperasse même si tu dois rester sur le pied de guerre car il n’y a rien de plus désagréable pour des clients que de voir une personne derrière un comptoir, sur son ordinateur, plongé dans son truc. Un vendeur doit être disponible sans être un vautour qui saute sur les gens qui rentrent. A disposition serait le bon terme !

    Vous pensez que je peux arrondir mes fins de mois en faisant du développement web quand il n’y a personne dans la boutique ?

    Je ne vois pas comment cela est possible au vu du temps que va te demander ce boulot.

    – Vous pensez qu’on peut survivre dans une petite ville en ne faisant que du jeux de société ou il faut aussi faire du GameWorkshop (qui a l’air pénible aves ses licences), du Magic, farces et attrapes ou que sais-je ?

    Ton étude de marché doit répondre à cette question. Connaître les associations locales ou dans un rayon de 90km d’aideront à formaliser ta réponse et mettre en adéquation les moyens en face.

    – Y a moyen d’en vivre convenablement ?

    L’idée d’une franchise est de pouvoir générer assez rapidement du CA pour générer des bénéfices assez importante et te permettre de dégager un salaire. Cependant quand on est entrepreneur, il est du bon sens d’avoir 1) soit des sous de côté, soit 2) du chômage pour pouvoir subsister. Pour te donner un autre d’idée avec ma boite, je ne me suis pas payé pendant 2 ans. J’ai profité de mon chômage en changer ma qualité de vie bien évidemment. Si ta compagne gagne bien sa vie, ça permettra d’être plus serein clairement.

    – Il faut combien de temps pour arriver à ouvrir une fois qu’on s’y met pour de vrai ?

    Du moment du début de ta rédaction de projet via un business plan et une étude de marché, si tu es assidu, compte une bonne grosse année. les facteurs qui vont rentrer en jeu sont également : pourra tu te franchiser car les enseignes ne voudront peut être pas de ton étude de marché, de la localité ou d’autre facteurs qui me sont inconnus. Quid du local et du bail commercial, c’est souvent un ticket d’entré qui calme suivant la ville où tu te trouves, il faudra en plus trouver un partenaire bancaire pour te suivre sur ce projet (voir la CCI pour plein d’infos). Si tu n’es pas franchisé, il y a toute ta communications visuelle, ton plan d’entreprise pour ta fidélisation, tes champs d’activité connexes si tu ne fais pas que du boardgame…. Bref compte 1 an en temps presque plein.

    Je te déconseille le bar à jeu si tu ne veux pas faire de restauration car tu vas rentrer dans un autre cadre du commerce, achat de licence 2 et 3, gestion du sanitaire et de l’hygiène avec des consignes ultra stricte, bref l’enfer si on ne s’y connait pas un minimum.

    Là je me dis qu’il me faut :
    – une formation compta/gestion d’entreprise => Voir la CCI, c’est un point de départ !
    – faire un dossier et trouver un prêt => CCI again pour l’étude de marché, tu peux avoir des tuteurs et aussi des pépinières d’entreprises qui font des prêt d’honneur à 0%. Dans les locaux où nous sommes il y a des commissions toutes les 2 semaines, vendredi dernier c’est une pizzaria qui vient d’ouvrir qui a eu 10.000 € c’est pas grand chose mais c’est déjà un début.
    – créer une identité graphique et numérique => à voir si enseigne.
    – trouver un local et l’aménager => CCI peut aider.
    Je compte six mois, ça vous parrait correct ? => Compte plutôt 1 an !

    J’espère que tout ce pavé te sera utile !!

    Traduction Kingdom Death Monster

    Rejoignez-nous sur le Gambler Chest

    6 users thanked author for this post.
    #495021

    Romn
    XP: 5,967
    Rank: Découvreur

    Merci @damsrpg, super pavé.

    Vous êtes plusieurs à mentionner les droits chômage, ça c’est mort pour moi ayant quité la France depuis 6 ans, je n’en ai plus.
    C’est pour l’instant le plus gros soucis que je vois, devoir compter sur ma femme pour maintenir une situation vivable. On a bien mis un peu de sous de côté ici, mais bon, déjà c’est en devise fluctuante, et puis je ne sais pas à quel point je peux le risquer dans un business (et là y a les questions de status qui jouent et auquel il faudra que je me ré-intéresse).
    Bon, je me doutais bien que ça n’allait pas générer du cash du jour au lendemain, mais ça sonne particulièrement long dans plusieurs de vos témoignages.

    #495022

    patmanreturns
    XP: 1,919
    Rank: Prospecteur

    Je n’ai jamais été commerçant, donc je ne peux rien t’apporter de plus que ce qui a été dit – et qui me paraît déjà très complet.

    En revanche, concernant ton public et tes produits, il faut tenir compte également de ton emplacement.
    Si tu es la seule boutique et que tu fais du jeu « moyen à gros », ou du jeu de niche, sans doute les gens se déplaceront-ils spécialement pour venir chez toi.
    Mais si tu n’es pas super bien placé, pas sûr que les oncles et grands-parents et tout le public casual se déplace.

    Ici à Grenoble, nous avons, à ma connaissance, sept boutiques de jeux.

    • Deux sont spécialisées figurines – dont la boutique GW qui a dû fuir l’hyper-centre à cause de l’autre boutique de pitoux, ce qui est apparemment rarissime
    • une semble faire de la fig’ et du gros jeu
    • une fait de l’occasion et pas mal de Magic (vente à l’unité)
    • une fait du JDP de tout type, mais aussi beaucoup de traditionnel, ainsi que de la location, mais pas de jeu de rôle il me semble
    • les deux autres font du JDP, du jeu de rôle, un peu de fig, un peu de goodies, etc.

    Parmi ces deux dernières boutiques, il y a la boutique historique, qui elle aussi est juste à la limite de l’hyper-centre. Et je pense que si elle n’était pas la première, que si elle n’avait pas le soutien de la majorité des associations locales, elle serait à l’heure actuelle en difficulté.
    Car l’autre est vraiment en plein centre piéton et super bien placée.

    Et sinon, j’en profite, @Florian, à part le Kfé des jeux, quels sont les autres bars à jeux du coin ?

    #495023

    patmanreturns
    XP: 1,919
    Rank: Prospecteur

    Et sinon, comme il me semble que c’est le conseil de jeux qui t’intéresse, dans un registre tout à fait différent, devenir ludothécaire ?

    #495024

    Romn
    XP: 5,967
    Rank: Découvreur

    Beaucoup de librairie complète leur offre avec du JDS, c’est aussi le cas de Cultura, fnac…
    Vu de loin (c’est pas mon domaine), les ponts paraissent nombreux :
    beaucoup de joueurs ont une belle bibliothèque remplie de BD, Roman, artbook …
    D’ailleurs certains éditeurs papier (hachette…) se lancent dans le carton
    et… je dois retourner bosser…

    Ça me parait difficile, dans le sens où la plus-value d’une boutique c’est avant tout le conseil (enfin comme je le vois), et je ne me vois pas être au fait de l’actualité à la fois du jds, mais aussi de la bd et des romans. Ça deviendrait un travail monstrueux.

    Ou alors faut s’associer avec un vendeur de bds et avoir « une boutique double » mais bon, faut connaître la personne (et puis là j’ai des envies d’émancipation).

    1 user thanked author for this post.
    #495027

    Alkaias
    XP: 4,884
    Rank: Découvreur

    J’y vais de mon point de vue car j’ai un pote qui avait ouvert une boutique et l’a fermé l’an dernier après 10 ans.

    Je plussoie sur le boulot. Comme ce sera ta boite et que tu seras seul, prépare toi à y passer ta vie. Outre les « horaires de bureau », il est indispensable de prévoir une soirée jeu par semaine dans ton local, avec la place qui faut. C’est ce qui a permis à mon pote de fidéliser sa clientèle et de survivre pendant 10 ans. Oui je dis bien survivre. Lui avait un boulot à côté et c’est sa femme qui tenait la boutique en fait. Elle ne dégageait clairement pas de quoi se payer un salaire décent.

    Perso je pense qu’ouvrir une boutique aujourd’hui est ultra casse gueule. Même si pas de boutiques dans ta petite ville, on peut acheter des jeux partout désormais. Outre en ligne (et la concurrence de Philibert fait TRES mal), tu peux acheter des jeux à la fnac, king jouet, cafés jeux et j’en passe. Certes ces boutiques ne proposent pas du core mais elles proposent les jeux qui te font vivre justement. Je pense aussi comme évoqué plus haut que la bulle ludique va exploser à un moment ou un autre.

    Bref, je pense que c’est un investissement financier et humain bien trop lourd pour en dégager un bénéfice suffisant après quelques années.

    1 user thanked author for this post.
    #495028

    pouillotin
    XP: 3,861
    Rank: Découvreur

    Et sinon, comme il me semble que c’est le conseil de jeux qui t’intéresse, dans un registre tout à fait différent, devenir ludothécaire ?

    Je crois qu’il y a très peu d’offre dans ce domaine.

    1 user thanked author for this post.
    #495029

    Romn
    XP: 5,967
    Rank: Découvreur

    Et sinon, comme il me semble que c’est le conseil de jeux qui t’intéresse, dans un registre tout à fait différent, devenir ludothécaire ?

    J’y ai pensé, ça pourrait être cool, c’est un métier que je connais peu (y avait pas ça dans ma cambrousse) mais :
    – comme c’est majoritairement public, du coup il faut un diplôme reconnu et c’est payé au lance-pierre
    – c’est souvent destiné avant tout aux enfants et je préfère intéragir avec des adultes/ados
    – on est très tributaire d’une structure (mairie, bibliothèque municipale)
    – ça reste encore assez limité aux grandes villes
    – mais j’aime bien l’aspect service de proximité, développement du territoire, tout ça.

    Enfin c’est vu d’un point de vue très extérieur parce que je ne connais pas, je n’en ai jamais eu à proximité.

    1 user thanked author for this post.
    #495038

    ciredutemps
    XP: 4,500
    Rank: Découvreur

    J

    • une fait du JDP de tout type, mais aussi beaucoup de traditionnel, ainsi que de la location, mais pas de jeu de rôle il me semble

    Je confirme. Pas de JdR, pas de cartes, pas de figs ! ^^ Et plus que de la loc, c’est de l’essai (temps court), mais en effet, ça plaît bien aux clients !

    Et sinon, j’en profite, @Florian, à part le Kfé des jeux, quels sont les autres bars à jeux du coin ?

    J’en vois pas d’autres, par contre, pas mal de café ont des soirées jeux, organisés par des assocs ou autres. Plus la maison des jeux. Plus une super ludo à Fontaine. Bref, les propositions ludiques sont nombreuses !

    #495051

    Giraud Florian
    La Redac
    XP: 7,079
    Rank: Curieux

    J’en vois pas d’autres, par contre, pas mal de café ont des soirées jeux, organisés par des assocs ou autres. Plus la maison des jeux. Plus une super ludo à Fontaine. Bref, les propositions ludiques sont nombreuses !

    Oui j’ai été un peu  vite sur le « beaucoup ». sur SMH un a essayé et est mort dans l’année.

    Mais il y en as un un autre dont je ne connais plus le nom… mais c’est vrai que la maison des jexu n’est pas un café et qui’l y a moulte association partout…

    J’ai meme pas eu le temps d’aller voir..

    Il est fini le temps des cathédrales 🙁

    #495060

    Metadna
    XP: 5,345
    Rank: Découvreur

    Metadna wrote: Le marché ne va pas s’effondrer, ce qui va s’effondrer c’est le modèle de production actuel, d’un côté l’on va revenir sur un modèle plus artisanale avec des jeux a forte qualités ludique de l’autre vers un jeu plus hybride, dématérialisé qui va de plus en plus couper court aux l’intermediaires tel que le vendeur-conseiller en boutique, d’ici à une dizaines d’années une majorité de « joueurs » auront des jeux de société avec « assistance » électronique comme celui la (il n’est que le premier de son genre) quelque chose qui ce rapproche d’avantage du modèle Steam, d’ailleurs Steam lorgne fortement bien ce qui ce passe dans le domaine du Boardgame. Je vous laisse imaginer le binôme CMON-STEAM… Bon HS  mais ca j’avais pas vu et ca a l’air bien cool 🙂

    Ouais c’est cool et pas cool dépend du point vu….

    Sorry dépeindre l’horizon probable/potentiel d’un Business n’est pas être HS. Pour avoir été gérant d ‘entreprise avec un magasin pendant plus de 10 ans (non pas de jeux) Je sais de quoi je parle, c’est même la première étape, l’une des questions auquel dois répondre ton étude de marché et plus largement ton buisness plan.

    #495325

    Jean-Michel
    La Redac
    XP: 6,156
    Rank: Curieux

    – la difficulté d’avoir plein de fournisseurs, le temps dédié à la manutention et au nettoyage (un roomba ça ne suffit pas ? )

    Pour les fournisseurs d’ou ma remarque sur la franchise 😉

    Sur l’aspect biere-saucisson, je pense que tu te retrouves tout de même à devoir gérer des contraintes en plus, genre contrôle hygiène et toutes les règles qui vont avec…

    Gros nid a emmerde je pense aussi… et si ca débite pas ca peut vite devenir plus une source de pertes que de gains 🙂

    Mondial Relay, par contre, j’ai des échos plus négatifs… Ca prend du temps pour un revenu minime… et donc, ça t’empeche pas mal de faire d’autres trucs. Ca marche peut-être pour un tabac (pas de conseils, temps par client minime), mais ça peut vite devenir bloquant dans d’autres cas !

    Ca se débat… ca te rapporte autant qu’un petit jeu pour une signature (et ca créé un trafic hors cible)… mais faut un espace de stockage sinon c’est mort…

     

    1 user thanked author for this post.
    #495327

    Jean-Michel
    La Redac
    XP: 6,156
    Rank: Curieux

    Et donc, je pense avoir plus de potentiel en visant une clientèle plutôt familiale et grand public, qui n’est pas forcément celle du joueur de Magic moyen (même si ça s’ouvre beaucoup (et pour GW je ne commente pas, c’est un univers que je ne connais que très peu, ça m’a toujours attiré mais je n’ai jamais eu l’occasion d’y plonger, mais du coup je ne suis pas sûr que ça soit une bonne idée d’en vendre sans en être un joueur soit-même)).

    Dans ces deux univers une vingtaine / trentaine de clients réguliers ca te fait un bon fond quand meme (ca te fera pas vivre mais ca peut payer pas mal de charges…)

    Vous êtes plusieurs à mentionner les droits chômage, ça c’est mort pour moi ayant quité la France depuis 6 ans, je n’en ai plus.

    Renseignes toi… avant de dire que tu n’en as plus 😉 quand j’était jeune un expat qui revenais reprenait ses droits si il en avait en partant (y’avais de la paperasse mais c’était faisable assez simplement)

    et puis je ne sais pas à quel point je peux le risquer dans un business (et là y a les questions de status qui jouent et auquel il faudra que je me ré-intéresse).

    Le risque en SAS / SARL est limité a ce que tu signes perso (le credit a la banque par exemple pour te lancer 😉 )

    Bon, je me doutais bien que ça n’allait pas générer du cash du jour au lendemain, mais ça sonne particulièrement long dans plusieurs de vos témoignages.

    Le commerce c’est en années… déjà le temps de rembourser le crédit pour l’achat du stock de départ… tant que tes investissements seront pas amortis ca va être dur, et pire les premiers mois (1 ou 2 ans) le temps de faire une clientele récurente
    (ce point est lié au commerce, pas au monde du jds, comme les 6 jours par semaine 10-12h par jour les premieres années)

    Bref, je pense que c’est un investissement financier et humain bien trop lourd pour en dégager un bénéfice suffisant après quelques années.

    Je serais pas aussi catégorique, il y en a pas mal qui en vivent « correctement » (si on fait abstraction du taux horaire), mais ca demande pas mal de pré-requis c’est sur…

     

    1 user thanked author for this post.
    #495396

    Toyotomi
    XP: 3,658
    Rank: Découvreur

    Lance toi plutôt dans le bar à jeux, c’est ce qui a le vent en poupe en ce moment, mais il faut encore d’autres compétences

    #495398

    LudoAno
    XP: 2,807
    Rank: Chercheur

    Lance toi plutôt dans le bar à jeux, c’est ce qui a le vent en poupe en ce moment, mais il faut encore d’autres compétences

    Si tu veux vraiment être tendance, c’est plutôt un bar à jeux avec chat dans les boites qu’il te faudrait. Si en plus tu as un corner barber, t’es le roi du pétrole (enfin de l’électricité verte !)

    1 user thanked author for this post.
    #495479

    Metadna
    XP: 5,345
    Rank: Découvreur

    Romn wrote: et puis je ne sais pas à quel point je peux le risquer dans un business (et là y a les questions de status qui jouent et auquel il faudra que je me ré-intéresse). Le risque en SAS / SARL est limité a ce que tu signes perso (le credit a la banque par exemple pour te lancer 😉 )

    Tu oubli de préciser que le crédit est un passage quasi obligatoire et vu que la banque te demande une garantie sur tes fonds propres ou un garant tiers solide.

    Théoriquement le risque financier est assujetti à ta SARL, en pratique pas du tout non.

    1 user thanked author for this post.
    #495509

    Melodie
    XP: 2,624
    Rank: Chercheur

    Je ne donne mon point de vue qu’en tant que joueuse, je n’ai jamais tenu de boutique ni eu envie d’en tenir une.

    Je suis clairement dans les core gamers. Avec deux enfants, donc on achète aussi des « petits » jeux pour jouer avec eux. J’achète mes jeux sur KS (d’où ma présence sur ce forum) et dans la boutique de jeux de ma petite ville (30.000 habitants environ). Et je n’irai pas acheter ailleurs que dans cette boutique parce que le patron (et seul employé) me conseille, et a de temps en temps déconseillé certains choix de jeux que j’avais fait, et on peut en parler pour trouver pourquoi, et repartir sur un autre jeu. Parce qu’il connaît les jeux qu’il vend, et pas moi, vu que je n’y ai pas encore joué au moment de la vente. Cerise sur le gâteau, il prête les démos si on lui demande gentiment, et qu’il a confiance en nous. Après, la boutique est petite, pas de soirée jeux, et la moitié de la boutique est consacrée aux doudous, jeux en bois, puzzles et autres figurines pour enfants.

    Voilà, totalement en vrac, mon appréciation de ma boutique du coin 😉

    1 user thanked author for this post.
    #495518

    Gougou69
    La Redac
    XP: 4,823
    Rank: Découvreur

    @_romn_ : Il me semble que tu es des environs du Puy-en-Velay si ma mémoire est bonne. Un jeune couple de ludothécaires ont ouvert un bar à jeu en centre-ville, le Dé Café Inné, il y a quelques mois et ils cartonnent à fond. Ca ne désemplis pas, au point qu’ils ont presque un an d’avance sur leur plan de rentabilité. C’est le seul bar à jeux de la ville, ils ont une activité boutique qui marche bien, mais surtout du petit jeu, familial et party game. Tu peux les contacter pour avoir des infos, ils sont super sympas. Tu peux même les contacter de ma part.

    En ce moment j'écoute :

    1 user thanked author for this post.
    #495520

    patmanreturns
    XP: 1,919
    Rank: Prospecteur

    [Petit HS grenoblois, enfin, Martinérois : la Mixture, si c’est à celui-là que tu fais référence, @poseidon2, n’était pas un bar à jeu, mais un bar associatif qui accueillait une vénérable asso – la mienne :mrgreen: ]

    Ouvrir un bar à jeux, c’est encore une autre paire de manches en effet.
    Faudrait trouver un autre concept.

    Une laverie à jeux ?

    Et sinon, il existe des animateurs-de-jeux-à-domicile-qui-vendent-aussi, mais alors là, je serais très surpris que ça rapporte suffisamment pour pouvoir en vivre.

    #495764

    Bill
    XP: 3,892
    Rank: Découvreur

    Et sinon, il existe des animateurs-de-jeux-à-domicile-qui-vendent-aussi, mais alors là, je serais très surpris que ça rapporte suffisamment pour pouvoir en vivre.

    Mais au moins il y a 0 prise de risque. S’il est au chômage en entrant, il peut faire ça quelques mois pour s’amuser.

    Sinon pour mes avis :

    Déjà c’est un super sujet. Plein de bonnes idées.

    Je n’ai pas travaillé dans le jeu mais mon ancien patron (et ami) a créer un magasin pour sa femme et son frère qui voulaient un nouveau travail proche de chez eux en région Parisienne. Il a fait des simulations sur la restauration rapide, une petite bijouterie… Il est finalement allé sur un achat/vente genre CashBidule. Pour te faire un bilan sur son business :

    En premier le local. Il avait le choix entre une ZA en zone piétonne super cotée mais en déclin, une sans zone piétonne et bien mais avec un concurrent à quelques mètres (ce qui peut parfois avoir du bon) et une complètement excentrée, sans zone piétonne mais qui était pas chère et en expansion suite à l’arrivée d’un Décathlon. Il a choisi la dernière car elle était vraiment moins chère et permettait un local un peu plus grand. Il a baissé sa prise de risque au début et après il a eu un employé de plus rien qu’avec l’écart de loyer. Au final, aucun regret, ce choix a été le bon.

    Le gars est du genre très pointilleux et avait tout étudié. Il avait le choix entre franchisé ou non et a finalement opté pour une franchise pas trop chère. Il a aussi choisi de se prendre un employé expérimenté afin d’avoir un oeil extérieur en plus et un vrai assistant pour l’aider dans ses choix. Tout ça a fait de son magasin un très bon magasin et en 1 an il est arrivé dans le top 5 des magasins en France (de sa franchise). Au bout de 2 ans il est passé n°1 et au bout de 4 il a quitté sa franchise (non sans mal) pour ouvrir un deuxième magasin. Donc autant dire que du petit projet initial, il est arrivé beaucoup plus loin que prévu. Beaucoup plus rentable aussi.

    Il avait travaillé 15 ans dans le circuit industriel classique et le petit commerce l’a vraiment séduit. Résultat du poste de simple gérant il est devenu un intervenant permanent dans les magasins et a développé son propre logiciel de gestion de stock.

    Au rayon des petits conseils qu’on en a tiré :

    Le bilan prévisionnel initial est super important pour savoir où tu vas. Si tu te plante tu peux le savoir plus vite et avant d’y laisser ta chemise. Comme déjà évoqué, compte au moins 2 ans avant d’être à l’équilibre.

    La rentabilité dépendra de tes choix, sans employé tu gagnera peu mais limitera tes risques et ta dépendance à des inconnus. Dans notre cas, le super collaborateur qui avait monté la boite était en fait un petit con qui piquait dans la caisse et un ou deux des employés qui sont passés rencardaient les cambrioleurs du coin. Bref, voir plus grand c’est plus de travail, plus de risques mais aussi la seule option pour avoir une boutique qui permet de gagner plus.

    Il ne faut pas nécessairement te figer sur un choix de publique. Dans notre cas sa femme voulait une bijouterie et ils ont abandonné l’idée car trop « de niche » et ne reposant que sur elle qui n’avait aucune expérience dans le domaine. Pour arrondir avec elle les angles, ils ont fait un pôle bijouterie dans leur magasin. Elle a eu de bonnes idées, un peu de chance et s’est investi et en trois fois rien de temps a été la meilleur vendeuse de bijouterie de la franchise. Même les gars de réseau n’ont pas compris.

    Le local était un poil grand et a été parfaitement agencé. Après 18 mois tous les rayons avaient déjà été modifié 2 fois et il a fallu complètement retravailler le local. La grande remise avec salle de repos a été cassée pour agrandir le magasin. Bref, avoir de la zone morte peut vraiment être bénéfique si ton activité marche. Il faut aussi régulièrement se réadapter en fonction de ce qui marche. Ton domicile risque aussi de devenir ta zone tampon si tu arrive en limite de zone exploitable. Pas problématique si tu es en périphérie de ville, plus si tu es en appartement.

    La VPC a été développée. La rentabilité est minimale mais pourtant un employé a été dédié à ça. Tout simplement pour écouler les stock. Le stock c’est le mal. Il bloque ta trésorerie et mange ton espace. Et si ça ne tourne pas, tu veux le mettre en fond de réserve, là où personne ne va jamais l’acheter. Bref, quoi que tu en fasse, c’est une épine dans le pied. Là la VPC peut aider. Sinon l’idée de se lancer dans la VPC frontalement contre Philibert et cie me semble une mauvaise idée. Mon copain passe via les sites de ventes d’occasion le plus souvent et n’a, de mémoire pas de site dédié.

    Il y a des petites astuces qui peuvent parfois régler plusieurs problèmes tout en étant rentable. Dans notre cas ça a été un distributeur de boisson dans la zone d’attente. Acheté d’occasion, la machine c’est rentabilisée en quelques semaines alors qu’on avait juste pour idée d’avoir des boissons fraîche à disposition. Dans ton cas, sans faire de la vente alimentaire tu pourrais très bien imaginer une grande pièce de jeu et un distributeur de boisson et un de snack qui correspondent à tes besoins. Dans notre cas on aimaient pas l’idée des sodas donc on a consacré 1 emplacement à l’eau et un autre à l’eau gazeuse. Résultat on a rien perdu sur les sodas et on a gagné sur les eaux. Pour toi un distributeur de snack « bons » genre fruit ou truc du genre pourrait très bien correspondre à ta vision de la restauration rapide et équilibrée que tu veux afficher dans ta zone de jeu.

    Bref, il y a de quoi travailler le sujet des mois avant de savoir quoi faire et comment.Et je ne suis pas favorable à l’idée qu’un truc qui marche trop bien ne doit pas être fait car c’est pas rentable. Si on raisonne comme ça on ne fait plus rien. Je dirais plutôt que si des gens arrivent à faire de bons business sur un secteur, c’est qu’il y a moyen d’y arriver. A toi de trouver comment.

    Une idée pourrait aussi bien être de prendre un job alimentaire pendant 1 ou 2 ans pour prendre le temps de s’insérer dans la vie locale et profiter d’aides de l’ANPE au moment de ta reconversion.

    1 user thanked author for this post.
    #495810

    Victor Hugo
    XP: 68
    Rank: Voyageur

    L’ANPE 😆.

    on est en 2019, ça n’existe plus depuis 11 ans.

    #495815

    Bill
    XP: 3,892
    Rank: Découvreur

    L’ANPE 😆. on est en 2019, ça n’existe plus depuis 11 ans.

    Damned, l’ancêtre que je suis est démasqué T T

    #495852

    Metadna
    XP: 5,345
    Rank: Découvreur

    je partage ton avis Bill

    Le point épineux c’est de savoir correctement soupeser ces choix et ces capacités.

    Ce qui est loin d’être évident et même ainsi il reste toujours le facteur inconnu/imprévu.

    Mais cela ne dois empêcher de ce lancer. Entreprendre c’est avoir un de l’audace, tu peux prend un risque mais si sa roule tu empoche les bénéfices à hauteur du risque.

    Pour completer je dirai qu’avant même le bilan prévisionnel il te faut estimer quel exposition au risque tu peux te permettre. Et sa c’est fonction de ta situation financière, de ton experience du domaine, de ta motivation mais aussi et surtout de ta situation personnel & familiale (car ce planter lorsque tu a des enfants à éduquer c’est pas la même que de ce planter en solo)

    Je suis aussi plutôt partisan d’avoir un job alimentaire first et de monter pépère son buisness step by step en parallèle jusqu’à obtenir l’autonomie complète de ton buisness (bref que ton buisness te rapporte suffisamment pour en vivre lorsque tu lâche ton job), 2 « boulots » c’est beaucoup de tafs mais au finale cela t’apporte une meilleur flexibilité pour réajuster ton activité au marché (sans devoir en prendre plein cash dans les dents)  et dans l’ensemble t’éviter bien des cheveux blanc.

     

    #495857

    Domkennoby
    XP: 1,741
    Rank: Pionnier

    Concernant le boulot de ludothécaire, c’est effectivement un job rare. Correctement payé quand tu es en poste, ce qui est peu souvent le cas; car les structures « détournent » le profil de poste en s’appuyant sur la convention collective de l’animation pour faire des « animateurs jeux », qui eux peuvent être très très mal payés en toute légalité.

    j’ai un ami qui s’est « acheté » un magasin de jeu. Il me disait que certains s’achète une maison, lui il a loué un local, engagé un de ses potes et à ouvert un magasin de jeu dans l’Aisne. Un rêve de gosse et de passionné.

    Il y a mis toutes ses économies, et une partie de son salaire ensuite puisque lui perso continué à bosser à coté. Il a duré 2 ans et demi avant de fermer. Pour des raisons qui ont été énumérés plus haut.

    La principale étant de mon de vue la piètre qualité du vendeur (c’est un métier la com’, un VRAI métier, on peut être plein de bonne volonté et de passion mais ça ne suffit pas toujours). Je pense qu’il faut que tu prennes vraiment ce point en ligne de compte, autant que le coté matériel. Donnez des conseils aux clients, oui, mais faut avoir envie de les écouter et de revenir en prendre / reprendre.

    L’autre gros problème c’était le stock et le délai : trop de peu de choix dans les choses qu’on recherchait, beaucoup trop de délai avant de recevoir ce que l’on commandait.

    C’est toujours un peu la loterie le commerce. Parfois on fait un mauvais choix, le vent tourne et on l’a pas sentie venir et boum! on est un peu dans le rouge!!

    Y a aussi un « gap » lors de la troisième année avec des charges / impôts que tu dois payés qui est pas facile à franchir (mon amie travaille au tribunal en ECOFI et elle liquide chaque année de très nombreux commerces, associations, qui ont des problèmes de trésorerie à cette échéance. Elle le fait sans aucun plaisir, hein!)

    Bon courage a toi en tout les cas!

     

     

     

     

    1 user thanked author for this post.
    #495865

    Metadna
    XP: 5,345
    Rank: Découvreur

    C’est en lisant de tel thread que tu vois combien efficacement le gourvernement soutien les petits entrepreneur et la mesure du chantier qui reste à faire.

    Pour te dire les choses franchement si tu veux mettre toute tes chances de ton côté du dois commencer ton activité au Black (mais sa aucun conseiller pme-pmi te le dira) le Ridicule c’est que c’est tout juste toléré alors que rationnellement le système te pousse  à cette voie

    #495876

    MajorSlug
    XP: 128
    Rank: Initié

    Vous pensez que je peux arrondir mes fins de mois en faisant du développement web quand il n’y a personne dans la boutique ?

    À mon avis tu n’arrondiras pas grand chose en étant dev Web indé en France… Ta prospection va te prendre beaucoup de temps et tu auras du mal à être concurrentiel niveau délais.

    Il me semble qu’il faut proposer qq chose à côté de la boutique pour être viable dans le domaine ludique. À Bourges (65000 habs) il y a 3 boutiques + Cultura + Fnac
    – l’une fait vente de jeux + bibliothèque jeunesse + jeux jeunesse (Haba…) + soirées jeux dans local
    – la 2è fait vente de jeux + figurines / Warhammer / maquettes
    – la 3è fait vente de jeux + salle de jeu / Magic + location.

    Tu peux peut-être proposer d’être dépôt pour la location/occase en t’appuyant sur le site Okkazeo et l’appli mobile récemment sortie « Le grenier ludique ».

    En ce qui concerne la formation en gestion, il n’y a rien de sorcier, et de toute façon tout créateur d’entreprise doit suivre une formation gratuite auprès de la chambre de commerce qui te donneras des bases suffisantes.
    En ce qui concerne le choix de ton statut d’entreprise c’est là le plus casse gueule, surtout si tu contractes un emprunt. Je te conseille ce bouquin pour débroussailler le terrain : https://www.amazon.fr/gp/product/2100781472

    Quant-à-faire du black avec une activité boutique, je ne vois pas trop comment…

    Bon courage à toi ! Tiens nous au courant de l’avancement de ton projet.

    1 user thanked author for this post.
30 réponses de 31 à 60 (sur un total de 63)

Vous devez être connecté pour répondre à ce sujet.

Lost Password

Partager cet article avec un ami