Jeux en financement participatif : la revue de la semaine (10 déc. 2018)

Les jeux en financement participatif de la semaine

Enfin ! Enfin un projet en cette fin d'année qui affole les compteurs. Et réveille l'enthousiasme des joueurs. Dans cet ordre ou l'inverse, selon comment vous aimez imaginer les choses. Le succès de Tainted Grail peut s'expliquer de nombreuses façons ; et la réalité est probablement que toutes les explications sont correctes. Et se nourrissent.

Sans vouloir dénigrer les efforts d'aucun éditeur, ce succès est surtout celui du travail et de l'audace. Les polonais d'Awaken Realms en sont à leur cinquième jeu sur Kickstarter. Ils ont réussi, à chaque fois,  à nous surprendre avec un titre qui sort des sentiers battus. Et prouvé à chaque fois que leur création valait la peine. Qu'ils étaient dignes de notre confiance. Tout n'est pas forcément parfait; ça ne l'est jamais. Mais ils ont réussi l'exploit d'être à la fois l'éditeur le plus créatif, le plus original, et le plus proche des souscripteurs. 

Cet automne aura été riche d'une myriade de projets intéressants. Mais combien ont donné l'impression d'être spéciaux ? Et donné aux backers le sentiment d'être, eux aussi, spéciaux ? Cette année encore, Awaken Realms se positionne comme l'éditeur n°1 sur Kickstarter. Et c'est amplement mérité; il y a Awaken Realms et les autres.

 

Le coup de cœur de la semaine

Jeu Whales Destroying the WorldFin le vendredi 14 décembre à 21h. Matériel sans texte et règle française en pdf.
La page KSLe forum où on en discute.

Un petit jeu à identités secrètes qu'on avait loupé... à tort ! Jusqu'à ce que l'auteur vienne directement sur le forum nous présenter son bébé et en fasse craquer plus d'un (à commencer par votre serviteur). Le genre (identités secrètes) semble usé jusqu'à la corde mais réussit à se renouveler infiniment. Face à la masse des The Resistance-like, il y en a toujours un pour trouver une mécanique originale.

La mécanique au cœur du jeu est d'une simplicité rafraîchissante : piochez deux cartes, défaussez-en une face visible et proposez l'autre à un adversaire. Qui l'accepte et l'ajoute à son tableau; ou vous la laisse (auquel cas vous l'ajoutez à votre tableau). Au final, celui avec le plus de points dans son tableau l'emporte. Problème : si vous avez trois cartes d'une même famille de baleines (il y en a trois différentes), vous perdez toutes les cartes de cette famille... mais pouvez voler une carte à un adversaire. Oh! Un des joueurs (au moins) est un traître qui gagne instantanément si quelqu'un se retrouve avec trois cartes spéciales.

Whales Destroying the World-cartesBluff et déduction au programme, donc. Mais aussi coups tordus en pagaille. Le tout servis par un thème qui dénote lui aussi puisqu'il met chaque joueur dans la peau d'une baleine Général recrutant une armée de cétacés pour rayer les humains de la Terre. Du grand n'importe quoi qui n'est pas sans faire penser à Douglas Adams. Et bénéficie d'illustrations plutôt réussies. Cerise sur le gâteau, aucun texte sur le matériel de jeu et une règle en français disponible en pdf.

Le projet aura en plus l'énorme avantage de ne pas vous ruiner : 17€ fdpin (pour une boîte, 15€ par boîte si vous en prenez deux). Et a réussi, malgré ses seulement 500 souscripteurs, à proposer quelques Stretch Goals intéressants permettant de jouer jusqu'à 8 joueurs (6 de base) et ajoutant de nouvelles cartes variant le gameplay (les Dauphins ninjas).

Dans l'avalanche de gros projets en cette fin d'année, le genre de petit projet amateur qu'il est réjouissant de voir faire son chemin sur Kickstarter

 

 


Ils se terminent

Fin le mardi 11 décembre à 2h.
La page KSLa fiche agenda.

CMON sort d'une année à la limite de la catastrophe. Et décide de se refaire une santé avec ce KS en mode foutage de gueule. Le portage Steam vendu à moitié prix à $15. Les habitués apprécieront la blague... et attendront quelques mois les soldes ou bundles. Les possesseurs d'une édition boutique pourront enfin se procurer les bonus du Kickstarter initial (versions alternatives des monstres mais moches, des Dieux plus grands mais dorés -???-, d'un clan inédit et jetons plastique) pour la modique somme de $60 (enfin, $85-90 fdpin). Une bonne affaire... comparé aux tarifs ebay, même si pas aussi réussis que les originaux.

Surtout une affaire pour CMON qui marge comme un goret sur du matériel n'ayant nécessité aucun développement. Easy money.

Et si tu es un fidèle qui avait participé au Kickstarter du jeu ? T'as plus qu'à te greffer sur un autre pledge pour récupérer les tapis de jeu et dashboard en carton (une bonne quarantaine d'euros tout de même). Et à pleurer pour trouver les nouveautés KSE (Jörmungandrsson, Ymir, Sanglier...). Sympa l'ajout de gameplay exclusif sur un pledge sans intérêt. Colère.

 

Ragusa

Jeu RagusaFin le samedi 15 décembre à 20h.
La page KSLa fiche agenda.

L'éditeur anglais nous emmène en Sicile pour bâtir la cité de Raguse. Que vous ne connaissiez probablement pas mais fut la grande rivale de Venise pour le commerce maritime sur la Méditerranée. On se couchera donc moins bête ce soir. Ceci dit, la destination n'a pas non plus déchaîné les foules : pas de discussion sur cwowd (mais un pledge groupé en formation) et moins de 1200 souscripteurs à une semaine de la fin.

A décharge (ou charge ?), l'éditeur n'a jamais brillé par ses créations et cette campagne, elle, brille surtout par son absence de vie. Reste le jeu, à la limite du placement d'ouvrier et du jeu conceptuel. Joli travail éditorial, ceci dit; et plutôt thématique. Dommage que la campagne n'ait pas servi à réellement améliorer la qualité, il y avait matière, sur ces bases, à en faire un jeu qui claque et donne envie.

 

 

Les autres projets se terminant :

Neoprene Playmats for Board Games and Wargames. Le titre est explicite^^ mais ne dit pas qu'ils proposent des tapis de jeu en 70x100x70, 80x140 et même 100x150. Une rareté dont le tarif reste très correct. Fin le jeudi 13 décembre à 11h56.

King's Forge: Masterworks. Après une micro-extension alibi pour revenir proposer son jeu, Game Salute propose cette fois une vraie extension pour King's Forge. Reste à savoir qui cela intéresse (visiblement un petit millier de backers), le jeu n'ayant pas réellement buzzé. Fin le vendredi 14 décembre à 1h.

 

 


Le lancement de la semaine (dixit les membres)

Tainted Grail - boiteTainted Grail: The Fall of Avalon

Sur Kickstarter jusqu'au 28 décembre. Jeu en français.
La page KSLe forum où on en discute.

Plus de 23.000 souscripteurs en 5 jours. Même pas une demi-journée pour que Awaken Realms fasse mieux que n'importe quel autre éditeur lors des trois mois passés. Y compris leur propre campagne de reprint de The Edge... qui trônait sur le podium. Et ne devrait avoir aucun mal à faire mieux que leur Nemesis et ses 30 milliers de fans... qui était déjà le projet le plus marquant de 2018 (janvier-février, autrement dit une éternité).

This War of Mine, Lords of Hellas, The Edge... on n'est pas loin du sans-faute pour cet éditeur. En tout cas si on ne tient pas compte des soucis à livrer des versions traduites où il peut nettement améliorer ses procédures. Sur ce point, il reste encore du boulot. Néanmoins, la volonté de proposer des versions localisées -et localisées professionnellement- mérite des félicitations plus que des reproches (même s'il faut faire encore mieux !). Les tous premiers retours sur Nemesis, actuellement en livraison, semblent aussi positifs. Awaken Realms règne actuellement sur Kickstarter. Le Roi CMON est à l'agonie ; les joueurs n'ont eu aucun mal à remplacer l'ancien.

Tainted Grail partage avec This War of Mine le système narratif qui rappelle les Livres Dont Vous Etes Le Héros. Pour l'exploiter, cette fois, un univers à découvrir qui n'est pas sans rappeler Le 7ème Continent; même s'il est loin d'en être une copie. Non seulement il n'y a pas d'information cachée sur les "tuiles" mais l'exploration se fait sous contrainte. Les aventuriers qu'on incarne sont dans l'urgence, impossible de prendre tout son temps pour explorer. Bien au contraire, le système de Menhir à activer régulièrement contraint à aller à l'essentiel.

Tainted Grail - Matériel en situationCela ne plaira pas forcément à tous; ça peut même se révéler frustrant pour certains. Accessoirement, cela devrait assurer plus de rejouabilité avec une bonne part de l'univers encore inconnue en fin de campagne. Mais c'est surtout bien en phase avec l'univers sombre, déchiré, maléfique de cette plongée dans les portions les plus sombres du mythe arthurien. Bien avant que celui-ci devienne sujet d'édification. Là aussi, attention aux erreurs de casting : ce monde est rude, violent, sombre. Et les auteurs feront tout leur possible pour que vous le ressentiez. De ce côté, on est plus proche de This War of Mine.

Comme pour le 7ème Continent, encore, les actions se résolvent avec des séquences de cartes. Mais, là aussi, sans pour autant y ressembler : pas de pression via les cartes jouées (la pression est dans le "temps" limité), pas de hasard (ou peu), des cartes à effet qu'il faut optimiser avec plusieurs ressources à gérer, plusieurs options entre agressivité et diplomatie.

Tainted Grail ressemble beaucoup, de prime abord, au 7ème Continent. Mais l'impression est trompeuse et ce qui nous est proposé se situe plus entre TWOM pour l'ambiance et Gloomhaven pour la gestion (même s'il n'a aucun point commun mécaniquement). Les différentes mécaniques semblent plus pensées pour jouer à plusieurs qu'en solo. Les personnages proposés sont intéressants, avec des forces et des faiblesses (réelles), qu'il sera possible de personnaliser au fur et à mesure des parties, d'améliorer avec de nouvelles compétences etc. Le découpage en trois campagnes distantes dans le temps évite en plus bien des écueils, entre risque de surpuissance et effet de stagnation, tout en maintenant une trame commune.

Une fois encore, Awaken Realms a su mettre (au moins en apparence) ses forces en avant : la narration, l'univers et des mécaniques qui, si elles restent simples, devraient nécessiter réflexion et optimisation. Tout en condamnant à des choix difficiles et frustrants. Un jeu intéressant et riche en promesses, fruit d'un travail éditorial de première qualité. Une campagne généreuse, avec deux campagnes "offertes" (la seconde l'aurait été dans tous les cas, la troisième était susceptible d'être en achat optionnel selon le succès de la campagne) et une traduction en français de base (sans supplément, là aussi grâce au succès rencontré). Et une implication forte des souscripteurs, que ce soit pour les orientations scénaristiques ou, plus simplement, dans la façon de communiquer : valoriser le jeu et le joueur plutôt que le matériel et l'éditeur.

L'attente sera longue pour savoir si ce Tainted Grail tient ses promesses. Vu ce qu'a prouvé pour l'instant l'éditeur, rien ne permet de penser le contraire.

 

 


Les autres sorties de la semaine

Set A Watch (édition française)

Set A WatchSur Ulule  jusqu'au 20 décembre. Jeu en français.
La page UluleLe forum où on en discute.

On avait été très tentés par le Kickstarter de ce jeu, les membres l'avaient même désigné Projet de la semaine. Mais un peu refroidis par la quantité de texte... avant de vivre en (quasi) live sur le forum les discussions de Boom Boom Games pour obtenir les droits de la VF. On attendait donc avec impatience cette campagne, beaucoup de joueurs ayant annulé leur participation au Kickstarter pour plutôt soutenir l'initiative du petit français.

Il est rare que ce genre de situation n'accouche pas sur un choix déchirant pour les joueurs. Mais en pur auteur-éditeur indé, Mike Gnade (de Rock Manor Games) a bien fait les choses. Vous avez soutenu le KS initial ? Vous pourrez prendre le jeu en français. Vous soutenez la VF signée Boom Boom sur Ulule ? Vous recevrez la même édition Deluxe que le reste du monde avec ses bonus, améliorations etc. Et même un peu plus puisque la VF bénéficiera d'une nouvelle illustration de boîte (pas le point fort de la VO), de dés plus class, etc.

Et comme il ne sert à rien de réinventer la roue, je copie-colle l'avis émis lors du KS pour la VO :

[Mike Gnade] nous a pondu cette fois un petit jeu coopératif [...] fort séduisant à base de placement de dés qu'il faudra optimiser pour gérer la horde de monstres qui les assaillent. Toute la difficulté vient de ce que seulement les deux premiers monstres à gérer sont connus, les suivants restant cachés jusqu'à ce qu'ils passent en tête de file. S'y ajoutent des effets d'entrée de jeu, et de sortie, qui viendront perturber les plans les mieux préparés. La mécanique rappelle donc celles du très bon Xenoshyft de CMON mais dans une utilisation nettement plus "puzzle" et, surtout, un format bien plus rapide; on parle ici de parties d'une heure tout juste.

Défaut du jeu : celui-ci est conçu pour toujours utiliser quatre héros. Quel que soit le nombre de joueurs. L'auteur a annoncé travailler sur une solution mais, en l'état, il nous semble difficile de tenir la promesse d'un jeu pour 1-4 joueurs. Dommage car le tarif est très correct, la version Deluxe revenant à 35€ fdpin.

Soit, au passage, une baisse de 5€ pour ceux qui ont attendu la campagne VF (3€ pour les belges), les frais de port étant nettement plus favorables. Le problème du "4 héros obligatoirement" ne semble pas avoir été solutionné. Ou ne pas nécessiter de solution ? A vous de voir, il y en a que cela rebute; et d'autres qui, même, préfèrent.

 

Jeu War for Chicken IslandSur Ulule  jusqu'au 28 décembre. Règle traduite en pdf.
La page KSLa fiche agenda.

Un jeu d'escarmouche qui ne s'imposera pas par la complexité de ses règles, très simples. Mais l'éditeur a fait le choix d'un univers anthropomorphique où les poulets contrôlent le monde et comme toute espèce dominante, n'ont rien de mieux à faire que se mettre sur la tronche. Un traité bien frais, très fun (et un bon LOL au Dragon Mama) mais pas uniquement move and fight. La clé de ce jeu passe par la construction de machines de guerre qui demandera donc un peu de gestion.

Le jeu est disponible avec ou sans figs ; mais le jeu est très abordable avec, entre $70 et $75 fdpin. Il est même possible de ne prendre que les figs. Et les Stretch Goals commencent à joliment s'empiler avec déjà un gros millier de souscripteurs. Plutôt une belle perf pour de l'escarmouche.

 

 

Et pour les amateurs :

Tierra y Libertad. Cette édition anglaise d'un jeu mexicain (donc jusque là seulement en espagnol... et introuvable), sur la Révolution mexicaine, peine à trouver son financement avec seulement 200 soutiens. Le jeu est peut-être intéressant mais la réalisation ne donne franchement pas envie. Sur Kickstarter jusqu'au 1er janvier.

Castle Itter. Dan Verssen nous sort un nouveau wargame en solo, dans la lignée de Pavlov’s House, sur une bataille improbable des derniers jours de la 2ème GM. Sur Kickstarter jusqu'au 21 décembre.

Chai. Des clients exigeants et des boissons à préparer en fonction de leurs goûts. En général, il s'agit de bière; cette fois, il est question de thé(s). C'est financé mais sans grande excitation (moins de 750 soutiens). Sur Kickstarter jusqu'au 7 janvier.

Cultistorm. Contre toute attaque, le reboot pourrait se conclure par un financement. Déjà plus de 1700 souscripteurs qui ont envie d'y croire. Vu la présentation trompeuse de la page et la très faible chance d'arriver à une traduction même digitale, ça ne sent pas très bon pour la suite.

Un mot enfin sur la troisième saison des pochettes Paladin. Après une première dont je m'étais occupé du pledge groupé, @expectral avait pris le flambeau pour la seconde. Et l'expérience ne l'a visiblement pas assez épuisé puisqu'il remet ça. On en discute ici mais on est déjà sur de l'épique : 200 participants, plus de 70.000 paquets de protège-cartes.

 

 


L’actualité des projets en express

Nemo's WarChoisi par les membres de cwowd la semaine dernière, Nemo's War fait encore preuve d'une belle vitalité. Difficile pourtant de faire campagne aussi peu animée, Victory Point a déposé ça là et s'en est parti faire les emplettes de Noël.

Jeu Tales of EvilL'annonce d'une VF, puis de versions espagnoles et allemandes, aura permis à la campagne de Tales of Evil de reprendre un peu d'énergie mais cela reste anecdotique. Néanmoins, c'était la condition nécessaire pour que les joueurs français envisagent de soutenir ce projet fortement narratif. Si les ambiances teens des 80s enquêtant sur des phénomènes paranormaux, à la Stranger Things, vous inspirent... On reste tout de même dubitatif quant à l'utilisation d'éléments de réalité, objets entourant les joueurs etc.

Toujours personne pour une des trois tables du super pledge deluxe de Valda et pas grand monde pour le jeu en lui-même. Sans surprise.

Fin de l'aventure pour The Eternal Battle qui reviendra le 22 janvier. Il faudra revoir les choses très en profondeurs pour faire oublier les seulement 121 contributeurs de cet essai; et ça ne sera pas facile. Miner's Lagoon devrait suivre la même voie dans les jours à venir; à moins qu'ils aient oublié avoir lancé cette campagne.

 

 


Au programme des jours à venir

Peu d'éditeurs oseraient se lancer à moins de deux semaines de Noël. On sera donc tranquille... à moins d'un projet surprise, d'un éditeur jouant selon ses propres règles -façon Secret Hitler.

DizedSeul Dized s'est annoncé avec le reboot de son KS. On leur souhaite de réussir cette fois, leur projet est ambitieux même si son positionnement et son financement futur restent un peu nébuleux. C'est le principe même d'une startup que de chercher son mode de fonctionnement mais celui-ci semble particulièrement délicat. C'est prévu pour ce lundi (10 décembre).

 

 

Et ce sera tout pour cette semaine. Bien tranquille pour regarder le compteur de Tainted Grail tourner, tourner, tourner...

7 commentaires

  1. 70x100x70 ? Ce n’est plus un tapis, c’est carrément une table de salon en néoprène 😀

  2. moins prestigieux que sur plateau ? ^^ Parce que le jeu de plateau, je l’ai eu mais jamais dépassé l’intro 😀

  3. Ragusa = Dubrovnik, tu ne peux pas le savoir si tu n’as pas joué à Europa Universalis (sur PC hein)… C’est tout de suite moins prestigieux, hein ?

  4. Ah ben voilà, je savais bien que quelqu’un se coucherait moins idiot 🙂

    La ville sicilienne ne me disait rien, pas fait un instant le rapprochement avec Dubrovnik. Pourtant pas faute de l’avoir visitée (en juin, quand il n’y a « personne »).

  5. Non non, Ragusa fait bien référence à la République de Raguse : https://fr.wikipedia.org/wiki/République_de_Raguse et pas à la ville de Sicile.

  6. et après une recherche, il y a une Ragusa en Sicile, en effet !
    my bad… Sorry !

  7. merci pour ce travail (comme à l’accoutumée !)

    juste… si on pouvait replacer Raguse sur la côte dalmate et pas en Sicile, j’apprécierais 🙂

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

*

Lost Password

Partager cet article avec un ami