Interview de Robin Red Games, futur éditeur (grâce à vous) de Trut.

TRUT_detail_elements

Robin Red Game est un éditeur indépendant, français de surcroît, qui entreprend une démarche de financement étonnante. Avec Trut, il remet au goût du jour un jeu ancien, en passe d’être oublié. Et il réussit le tour de force de séduire les souscripteurs du monde entier avec un jeu de plis aux saveurs du terroir français. Cela méritait bien quelques explications. Rencontre avec un rouge-gorge facétieux et passionné.

 

Bonjour Pascal Boucher, tu es le fondateur de Robin Red Games. Merci de prendre ainsi le temps de répondre à quelques questions tandis que ta première campagne Kickstarter bat son plein.
C’est moi qui te remercie de l’intérêt porté par Cwowd au Trut et à l’engouement qu’il suscite.

Alors, commençons sans plus tarder ! Tout d’abord, qu’est-ce que le Trut ?
Le Trut ou Tru est un jeu de pli associé à du bluff, dans la pure tradition des jeux de comptoirs. Il se joue à deux ou à quatre en deux équipes. C’est un jeu rapide où s’enchaînent les manches de trois plis. La manche est gagnée par le joueur (ou l’équipe) qui ramasse deux plis sur les trois possibles. Il gagne alors ce que l’on appelle un Petit. Trois Petits cumulés deviennent un Long. Pour remporter la partie, il faut totaliser sept Longs.

Pour obtenir des Longs plus rapidement, un joueur trutte, c’est à dire qu’il se déclare capable de remporter la manche à coup sûr; en bluffant ou non ! Si son adversaire se couche, il gagne directement un Petit. Si la manche est tout de même jouée, le vainqueur gagne un Long et le perdant perd les Petits qu’il possède ! J’en profite pour mettre en avant un petit point de règle : à la fin d’une manche, les cartes sont justes remises sur le talon, puis celui-ci est coupé, pas mélangé.

D’où vient le Trut ?
Actuellement, il se joue encore dans les Deux-Sèvres, le Maine et Loire et dans la Sarthe. Il en existe aussi une variante issue du pays de Gâtine, qui est expliquée dans les règles. Historiquement, on en trouve des traces au XVIIème siècle, toujours dans l’ouest de la France. Le Trut serait en fait une déclinaison du Truco espagnol. Et tous deux ont l’Aluette comme ancêtre.

TRUT_exemple_illustration

Travail sur une illustration

Pourquoi vouloir réhabiliter un tel jeu ?
Je jouais au Trut avec mon Père qui, au passage, me mettait régulièrement la pâté ! Mais c’est un jeu qui tombe en désuétude faute de joueurs. Vu son intensité et sa dynamique, je trouve cela regrettable et j’ai voulu tenter de le réhabiliter avec une belle édition personnalisée. Outre les illustrations détaillées des animaux, j’ai pris plaisir à dessiner des endroits typiques du Gâtinais et des Deux-Sèvres, en hommage aux joueurs de ces régions.

J’ai passé plus de 200 heures à réaliser toutes les illustrations. Cela en vaut la peine quand je vois la forte identité visuelle que cela donne au jeu, entre ruralité et naturalisme. Et, surtout !, quand je vois l’accueil que le public réserve à Trut, que ce soit lors des salons et des festivals ou, comme à présent, sur Kickstarter.

Trut n’est pas ton premier jeu ?
Effectivement. Depuis 2012, j’ai créé et/ou édité plusieurs jeux... mais l’édition de jeux n’est pas mon vrai métier. Robin Red Games me permet de réaliser un vieux rêve. Passionné par la chose ludique, j’essaie de revisiter d’anciens jeux, souvent inédits et parfois d’en créer d’autres.

De même, Cette campagne n’est pas ta première tentative de financement participatif ?
C’est vrai, j’ai pu financer d’autres jeux de Robin Red Game par le biais de Kiss Kiss Bank Bank et d’Ulule. Mais c’est la première fois que je tente l’aventure sur Kickstarter !

Au tiers de la campagne, quel bilan peux-tu tirer ?
TRUT_vue_globaleJe suis bluffé ! Trut a financé en 72 heures et tous les Stretch Goals que j’avais préparés ont été débloqués trois jours après. Je ne m’attendais pas à un tel succès. Du coup, je suis sur la brèche pour en créer de nouveaux. C’est ainsi que j’ai pu introduire les bâtons en bois coloré pour représenter les Petits et les Longs. C’est ainsi que l’on comptait les points autrefois.

Quel plaisir de voir la réactivité des souscripteurs et de constater la rapidité avec laquelle ces nouveaux paliers de soutien sont débloqués! Cela donne vraiment un second souffle au projet : d’une simple réhabilitation d’un jeu voué à disparaître, je suis passé à un travail de modernisation à travers la conception de nouveaux Stretch Goals qui viennent s’ajouter à la mécanique originale du jeu. Grâce à de nombreuses suggestions des souscripteurs, j’ai la satisfaction de créer de nouvelles cartes qui vont faire varier les parties sans rien enlever à la simplicité, à la rapidité et à l’efficacité du jeu. Je profite de cette interview pour remercier particulièrement les membres de la communauté de Cwowd pour votre accueil, pour votre soutien et vos idées qui contribuent à faire avancer la campagne. A l’heure où nous discutons, je travaille à quatre nouvelles cartes et à leurs règles. Elles viendront (peut-être) s’ajouter aux trois cartes que j’avais initialement prévues.

Du coup, j’envisage une livraison en deux temps afin d’avoir le délai nécessaire pour produire ces cartes supplémentaires. Je compte fermement envoyer le jeu de base avec les cartes Hibou, Loup et Sanglier dans les délais annoncés et j’étudie les coûts pour un envoi complémentaire de toutes les autres récompenses déjà débloquées et celles à venir.

Quels sont tes objectifs pour le reste de la campagne ?
Continuer à être présent et disponible auprès des souscripteurs et à proposer de nouveaux Stretch Goals pertinents. J’ai aussi envie de renforcer la communication vers les pays étrangers. La majorité des souscripteurs sont français (ce qui me touche bien plus que vous ne pouvez le penser) mais il y a aussi pas mal de soutiens issus des pays européens et des Etats-Unis. Je crois qu’aller chercher les souscripteurs là-bas participera efficacement à l’obtention des nouveaux Stretch Goals que je suis en train de concevoir pour tout le monde.

Le référencement de Trut sur Board Game Geek aide beaucoup en ce sens. Cela passe donc par plus de commentaires en anglais sur la page Kickstarter (j’essaye d’ailleurs de répondre dans les deux langues pour que tout le monde puisse suivre clairement l’évolution de la campagne) et par plus de relais vers les blogueurs étrangers spécialisés jeux. Bien sûr, si vous en connaissez, n’hésitez pas de leur parler de cette belle petite aventure qu’est Trut.

 

 

6 commentaires

  1. Moi qui ne voulait plus rien pledger d’ici la fin de l’année… J’ai été eu !

    Reply
  2. Bon sang !
    Quelle plume ce Degrimmo !
    Quand je lis mes propos dans cet article, j’ai l’impression que c’est quelqu’un d’autre qui les a tenu (en mieux, je veux dire).
    Incroyab’ !
    Merci à Degrimmo et aux Cwowdiens pour votre soutien.

    Reply
  3. L’analyse du KS suit, normalement demain après-midi. Mais ce n’est pas non plus une campagne qui mérite trop de réfléchir 😉

    Reply
    • 20€ fdin, on a effectivement dépensé plus pour des trucs plus moches et injouables

      Reply
  4. Tiens j’avais pas encore compris que le perdant après un trut perdait tous ces petits ! Ça va fighter ! 😀

    Reply
  5. Une bien belle campagne que celle de Trut avec des illustrations magnifiques!

    Reply

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

*

Lost Password

Partager cet article avec un ami