Jeu Dice Hospital - Kickstarter Dice Hospital - KS Alley Cat Games

L’analyse du KS Dice Hospital

Soutenir ce projet

L'éditeur anglais Alley Cats Games avait réussi une jolie campagne pour ses débuts sur Kickstarter avec Lab Wars qui n'a certes pas révolutionné le monde du jeu de cartes à combo mais amené un intéressant thème "scientifique". Et loupé la conversion avec son second titre, Cauldron Master, que les backers avaient boudé. Pour leur troisième jeu, ils en reviennent donc à ce qui avait fait leur réussite : la fantasy, c'est naze tout le monde en fait, le scientifico-médical, ça c'est vendeur !

Et ça marche. Dice Hospital est d'ors et déjà leur plus grosse réussite. Blague à part, c'est aussi leur projet le plus abouti. Le plus carré... dans tout ce que cela implique. On s'explique : la réalisation du jeu est sans faille, tout fait sens et est même très joliment illustré. On retrouve aux "pinceaux" la très talentueuse Sabrina Miramon qu'on avait déjà  pu apprécier dans Quadropolis à l'aspect très proche (et en ce moment sur Photosynthesis dans un style différent, sublime). Pas de prise de risque donc, de ce côté. Et, en fait, aucune prise de risque nulle part.

Les mécaniques en très schématisé : de la pose d'ouvriers (actions) pour modifier le score des dés (patients) grâce aux emplacements disponibles de base ou qu'on achète (spécialiste ou salle de soins). Quand un dé atteint 6, il est considéré comme guéri. Tant que ce n'est pas fait, il reste dans notre pool à traiter, lequel s'enrichit à chaque tour d'un nouveau lot de patients qu'on draft selon la gravité (valeur du dé) de leur pathologie (couleur du dé).

C'est simple, malin et bien réalisé, pour un tarif très correct (50€ avec 63 dés et 36 meeples, difficile de demander mieux). Mais on ne ressent aucune "waouh!". Les effets des différents spécialistes et salles où placer les ouvriers sont tous assez semblables et reviennent à ajouter 1 à un dé d'une couleur donnée. La variation/progression vient d'ajouter 2 plutôt que 1 ou sur 2 ou 3 dés ou sur telles couleurs etc.

L'exercice nous semble finalement très répétitif. Certes, l'intérêt est surtout de résister à la pression de toujours plus de malades, de chercher à mettre en place des combos salles/spécialistes pour les traiter "par lots" et, aussi, des choix de draft entre "couleurs" qui vous arrangent et patients faciles à traiter. C'est peut-être plutôt "réaliste" du point de vue du fonctionnement d'un hôpital mais le tout manque de folie. Et les jeux à base de manipulations de dés nous ont habitués récemment (Sagrada, Roll Player...) à bien plus de possibilités et de profondeur. Mais Dice Hospital, malgré son nom et son matériel, n'est pas non plus un jeu de dés.

D'un jeu de pose d'ouvrier qui parait un peu ennuyeux et un jeu de manipulation de dés basique, Alley Cats a-t-il réussi à faire un jeu intéressant en ajoutant le pression et la planification du draft au début de chaque tour ? A vous de répondre à cette question. Les conditions nous semblent correctes mais la campagne n'a pas non plus été "bouleversante". Peu de news, surtout pour tenter d'impliquer les backers. Des bonus essentiellement pour améliorer le matériel (c'est bien) mais certains totalement anecdotiques.

On regrette par contre beaucoup que la version Deluxe soit aussi onéreuse alors que le contenu purement "gameplay" est très limité et le tarif plombé par des ambulances en plastique pour le draft (inutile voire gênant) et une tour à dé en carton. Difficile toutefois de dire non à une mini-extension mais le tarif (77€) devient alors un obstacle pour un jeu qu'on aimerait beaucoup essayer sur tout une partie pour vérifier si sa dynamique fonctionne ou laisse froid comme un couloir d’hôpital.

Good

  • Les illustrations (et la réalisation en général).
  • Le système de moteur pour créer des combos.

Bad

  • Ni vraiment un jeu de pose d'ouvriers impliquant ni un jeu de manipulation de dés excitant.
  • Le tarif de la Deluxe et la pertinence de certains de ses apports (ambulances, tour).
5.9

Pourquoi pas ?

Lost Password

Partager cet article avec un ami