Sakura

Sakura

Coup de cœur de la Rédac
Jeu de cartes
Soutenir ce projet
7.8

On recommande

8

Membres

Sakura : la cerise estivale !

Sakura

Sakura pourrait bien être la bonne surprise de l’été. Ce jeu de cartes pour deux à six joueurs décline un joli thème inspiré par la floraison printanière des cerisiers japonais. Sous cet aspect flatteur, les souscripteurs estivaux découvrent une appréciable profondeur de jeu et une offre particulièrement bien pensée.

Si la campagne de financement maintient son rythme, Sakura pourrait bien être la bonne surprise de l’été. Voici en effet un joli jeu de cartes inspiré graphiquement par la floraison printanière des cerisiers japonais, un moment magique, attendu avec impatience chaque année au Pays du Soleil Levant. De prime abord, le jeu séduit par les illustrations des cartes, que ce soient celles des cerisiers (en fleurs ou non puisque déclinés suivant les quatre saisons) ou celles des citoyens, ces personnages qui vont influencer le cours de la partie. C’est surtout la direction artistique qui puise dans ce thème, avec réussite : le lien avec la mécanique du jeu n’est pas évident, loin de là. Cette fois, ce n’est pas tellement dérangeant vu que les deux sont de qualité.

Entre Yin et Yang : une question d’équilibre.

Le jeu se compose de quatre séries de cartes de couleurs différentes (identifiables sur les chiffres et non sur les dessins) dont les valeurs vont de un à treize. Ce sont les cartes « Sakura » auxquelles s’ajoutent des cartes personnages. Ceux-ci peuvent être payés pour aider le joueur à placer ses cartes en modifiant les conditions de jeu. Chaque joueur doit parvenir à placer toutes les cartes de sa main sur les deux piles disponibles.

A son tour, il faut jouer obligatoirement deux cartes : une sur la pile croissante, l’autre sur la pile décroissante, pour préserver l’équilibre et l’harmonie du jeu. Une carte spécifique, avec les symboles yin et yang, désigne sur quelle pile il convient de poser une carte supérieure à celle visible et quelle pile forme une suite décroissante. De plus, la carte posée doit être de la même couleur que la carte visible. Le joueur peut aussi poser une carte de la même valeur que celle figurant sur le paquet, ce qui change la couleur des cartes demandées.

Si un joueur ne peut alimenter une pile (voire les deux), il récupère les cartes qui la composent. Ce faisant, il gagne le nombre de pièces visibles sur l’ensemble des cartes mais aussi le nombre de shurikens également visibles. Une manche s’arrête quand il ne reste que deux cartes dans la main des joueurs. Le vainqueur est celui qui, après 3 manches, comptabilise le moins de shurikens.

Les cartes personnages forment une pile sur la table. Cinq d’entre eux sont alignés face visible à côté de la pile. La carte la plus près de la pile coûte 5 pièces et la plus éloignée une seule pièce. Toute carte personnage jouée est défaussée; les cartes restantes sont alors décalées et une nouvelle est ajoutée pour compléter la série.


A chaque personnage son pouvoir.

Si le système de jeu reprend des mécaniques similaires à celles du Uno ou de Mow, la déclinaison en deux piles et l’influence des cartes personnages qui enrichissent sérieusement le plaisir de jouer. L’approche tactique peut varier selon les joueurs : certains peuvent se concentrer sur la pose de ses cartes, d’autres au contraire sur comment contraindre les adversaires à prendre les piles.

Prendre une pile de cartes apporte les points négatifs que l’on veut éviter, mais le joueur y gagne aussi de l’argent, ce qui peut le relancer via l’achat des cartes personnages.

La valeur changeante de ces cartes personnages offre aussi un choix tactique : faut-il payer un personnage cher ou attendre que son coût baisse... au risque de le laisser à ses adversaires ? Surtout que leurs pouvoirs sont assez conséquents : cela va de l’augmentation de la valeur d'une carte à la possibilité de jouer la carte de son choix sur n’importe quelle pile, en passant par retourner la carte Yin-Yang et inverser la polarité des piles. Certains demandent aussi d’utiliser le jeton Yin-Yang que possède chaque joueur pour déterminer le résultat du pouvoir en fonction des votes appelés.

L’offre de base comprend cinq personnages déclinés chacun en trois cartes avec des pouvoirs différents, soit au total quinze cartes aux pouvoirs uniques. Et avec la bonne évolution de la campagne, l’offre ne se limite pas là, au contraire !

Épanouissement estival.

On aurait pu croire qu’avec un thème aussi printanier, A-Games aurait dû lancer la campagne plus tôt, au risque de se confronter à forte concurrence. Bien leur en a pris de faire fleurir Sakura sur Kickstarter en plein été. Certes, le niveau de financement demandé n’est pas colossal mais les souscripteurs ont répondu présents et le projet a financé en à peine plus de 24h.

Le rythme des Stretch Goals est bien dosé et leur ordre est attractif : trois nouveaux personnages sont rapidement apparus et furent tout aussi rapidement débloqués, soit neuf cartes de plus pour autant de nouveaux pouvoirs. A mi-campagne, viennent les SG cosmétiques classiques : épaisseur du carton, finition des cartes, amélioration des pièces, l’insert dans la boite avec le nom de tous les souscripteurs… Et, tout de même, une jolie idée que ce toit de pagode conçu pour « abriter » les cartes personnages. Le palier de déblocage tend aussi à s’élargir, ce qui va naturellement ralentir l’obtention des Stretch Goals restants. Les porteurs du projet sont présents et réactifs tant dans les commentaires que dans l’actualisation de la campagne, ce qui est appréciable.

Un jeu abouti et pourtant…

Tout n’est pas parfait et cela contribue au charme de cette campagne. Les actualités sont jusqu’à présent d’une austérité surprenante ! Pas une illustration pour les accompagner, le texte va à l’essentiel, le plus souvent pour décrire les pouvoirs des cartes à débloquer. A croire que, depuis ses précédentes campagnes, l’équipe de A-Games a oublié comment ajouter un visuel à une actualité Kickstarter !

Plus étrange est le fait d’avoir choisi de colorer les chiffres des cartes « Sakura » pour distinguer les quatre séries plutôt que d’utiliser les illustrations des quatre saisons! Enfin, il manque, à mon humble avis, une solution pour compter les points entre chaque manche. L’auteur s’est contenté de signifier l’emploi d’un papier et d’un crayon. Simple et efficace mais cela laisse cependant un petit gout d’inachevé. A voir si les porteurs du projet vont remédier à cela d’ici la fin de la campagne si le financement débloqué le permet. [NDLR: on a un peu traîné à publier l'article, l’éditeur a ajouté des disques de score en bonus]

Enfin des frais qui n’effrayent pas !*

Il n’y a là rien de rédhibitoire et Sakura est un projet bien ficelé. A 20€ le jeu, le prix demandé s’avère raisonnable par rapport au contenu de la boite. Avec les récompenses déjà déverrouillées, l’offre est de plus en plus intéressante et, à mi-campagne, on peut s’attendre à voir de nouveaux SG se débloquer. Les frais de port sont aussi très attrayants : 4€ pour une livraison en Europe. De quoi donner envie de compléter sa souscription avec les autres jeux que A-Games propose en achats optionnels. Mais comme Ave Roma et Robot Race sont déjà localisés en France, il est sans doute plus intéressant de les prendre dans votre boutique préférée.

Et puis, pour celles et ceux qui se rendent à Essen en octobre prochain, les porteurs ont créé une souscription spécifique qui fera économiser les frais de port en récupérant les jeux à l’occasion du salon.

Avec sa qualité artistique, son ingéniosité ludique et l’attractivité de son coût, Sakura se démarque avec sérénité, ce qui est une performance en soi quand on considère que l’activité du secteur des jeux de société sur kickstarter n’a pas baissé d’intensité malgré la période estivale. Décidément, y a plus de saison, ma bonne Dame !

 

Pour toutes vos questions, avis et remarques : Le forum où on en discute.

* NDLR : joli, très joli !

1 commentaire

  1. Bonjour, permettez-moid’actualiser l’article :
    Concernant les illustrations, les porteurs du projet m’ont répondu après ma remise de texte au rédac chef de cwowd et ont ajouté l’image de la variété des illustrations des cartes sakura justa avant la publication de l’article ; illustration reprise ici.
    Il y a donc plus que 4 illustrations des cartes Sakura. Il y a 4 cartes « printemps » différentes et ces illustrations accompagnent en fait les combinaisons valeur de la carte + nombre de pièces + nombre de shurikens. Comme il me l’ont précisé, il y avait plusieurs voies possibles et ils ont choisi cette Direction Artistique là, d’où la déclinaison des chiffres en 4 couleurs (blanc, jaune, rouge et noir).
    Effectivement, à l’écoute des souscripteurs, les porteurs de projet ont proposé en SG un disque pour compter les points. Cette récompense a été débloquée rapidement il y a quelques jours.

    Le rythme de financement de cette campagne est tout à fait remarquable par sa régularité. Pas de ventre mou, ni de baisse quelconque depuis son début et à l’heure ou je poste ce commentaire, on est près d’atteindre la prochaine récompense, à 18K ! Reste à savoir quelle sera cette personnalisation des cartes personnages : est-ce le décorum de la partie inférieure de la carte ou des variations des illustrations des personnages ? Réponse dans peu de temps sans doute !

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

*

Lost Password

Partager cet article avec un ami