The Opulent – Tournée générale ou gueule de bois?

The Opulent – Tournée générale ou gueule de bois?

The Opulent vous invite à tenir les rênes d'un bar clandestin (un speakeasy) pendant la Prohibition. Si le thème est assez courant, le traitement est ici très original: dans ce jeu coopératif, chaque joueur va tenir le rôle d'un des employés du bar et, selon son poste aura ses propres objectifs et sa façon unique d'y arriver.

Si vous avez déjà joué à Space Cadets, vous avez une bonne idée du principe. Sinon, imaginez simplement que chaque joueur va jouer un mini-jeu au sein du jeu. Avec ses propres objectifs. Ainsi, si vous êtes le portier dans The Opulent, vous allez jouer à chaque tour une sorte de yahtzee pour déterminer quels clients faire entrer et lesquels garder à la porte. Parce que, évidemment, tous ne seront pas à faire entrer ensemble sous peine de créer ensuite du grabuge. Le joueur qui aura en charge l'orchestre de jazz aura son petit jeu de cartes pour créer les séquences requises par les morceaux de musique désirés par les clients. Le barman aura aussi son petit jeu à lui etc etcthe opulent-boite

Au final, les clients gagneront ou perdront en satisfaction selon que toute l'équipe leur apportera ce qu'ils désirent. Ou pas. Et marqueront plus ou moins de points (argent) selon leur satisfaction. Le jeu est prévu pour se jouer en scénarios, chacun avec ses propres ajustements de règles et ses conditions de victoire. Chaque scénario représentant une année, il sera en plus possible de jouer le tout en campagne.

Le soutien de base est à $45 frais de port inclus (France, Belgique et Canada - Suisse: +$25) ce qui reste correct.

Jusque là, tout va bien mais... vous sentiez bien le mais venir, non?

L'éditeur a opté pour une ligne graphique "photo". On aime ou on déteste. Celui-ci ne semble pas trop rendre trop mal. Mais, pour beaucoup, c'est juste rédhibitoire.

Et reste les petits jeux que chacun doit faire selon son rôle. Space Cadets avait popularisé le concept et si les jeux n'étaient pas tous égaux en intéreêt, ni généralement très intéressants d’ailleurs, ça fonctionnait bien du fait du temps limité et des conneries qui en résultaient (chaque joueur étant un officier novice sur la passerelle d'un vaisseau genre Star Trek, on se retrouve souvent ailleurs qu'on le voulait, avec des armes du mauvais côté et un bouclier plus ou moins activé. Toujours un bonheur). Space Cadets Dice Duel avait encore simplifié les "jeux", en les résumant à des lancer de dés frénétiques mais, là, l'intérêt venait d'un jeu nettement plus court et avec deux équipes qui s'affrontent. Pression garantie.

Sans critiquer l'intérêt des petits jeux proposés par The Opulent (puisque, dans ce modèle, ils sont secondaires), on bloque plus ici sur le fait qu'il n'existe aucune pression "interne" au jeu.Si vous incarnez le portier, vous allez donc vous retrouver, à chaque fois que c'est votre tour, à lancer 5 dés en essayant d'obtenir les couleurs requises par les cartes, sacrifier un dé pour relancer etc etc. Une fois cela fait, vous allez patienter le temps que les autres joueurs fassent leur petit jeu. Et on recommence un nouveau tour.

Est-ce que j'ai envie de lancer 5 dés, en placer deux, sacrifier un autre pour en relancer 2, placer 1 et voila? Je fais passer aux autres joueurs ceux qui rentrent puis je remplis avec trois nouveaux membres en attendant mon tour? Franchement, il faudrait que le jeu réussisse à créer une sacrée immersion pour m'en contenter. Et on retrouve le parallèle avec Space Cadets qui est assez fun pour oublier ce que je suis en réalité en train de faire, genre lancer encore et encore un dé dans l'espoir qu'il s'arrête sur la face "bout arrière de torpille" qui me manque. Ça vous semble désuet? Vous avez raison. Mais pris dans la frénésie générale, avec mes équipiers qui attendent que je finisse d'armer cette foutue torpille, tandis qu'eux-mêmes lancent dé sur dé pour diriger, scanner, blinder etc..., et l'équipage d'en face qui en fait autant pour nous exploser... eh bien ça fonctionne parfaitement!

Peut-être que ça marche tout de même. Après tout, le portier joue à King of Tokyo. Son voisin à Coloretto. Ou un truc approchant. Et ce sont des jeux auxquels je ne refuse jamais de jouer. Si le jeu est bon, si chaque joueur ajoute un peu de tension par ses échecs et rend la tâche de chacun plus ardue... pourquoi pas?

On ne dispose malheureusement d'aucune vidéo de gameplay. C'est toujours un mystère pour moi de voir ce genre de jeu, où tout va reposer sur le climat, la tension qui s'installe et les interactions entre joueurs, venir chercher un financement sans vidéo de partie. Chacun des quatre rôles bénéficie dans ce KS d'une vidéo de 20-30mn nous expliquant comment le jouer. Alors que c'est super basique. Mais rien qui nous permette de voir comment le tout fonctionne, avec quelle(s) dynamique(s).

 

Vu le prix demandé, c'est un pari tout de même risqué. Le jeu va d'ailleurs financer péniblement. Entre le prix, le risque, le style graphique et l'absence de communications alors que les soutiens ne décollent pas... c'est vous qui voyez 😉

 

La news

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

*

Lost Password

Sign Up

Partager cet article avec un ami