Cole Wehrle pourrait-il dépasser en 2020 les rois du plastique ?

Jeu Oath: Chronicles of Empire and Exile - Cole Wehrle | Leder Games

Cole Wehrle est l'auteur de Root que je vais éviter de présenter, Pax Pamir (Second Edition) qui remporte un large succès auprès des backers ou le très complexe (et introuvable) John Company.

Il reviendra sur Kickstarter en 2020, normalement lors du premier semestre, avec une nouvelle petite perle dont lui seul à le secret : Oath: Chronicles of Empire and Exile. Et il pourrait très bien faire tomber quelques records.

Oath - Chronicles of Empire and Exile - Proto

Oath: Chronicles of Empire and Exile est né de la passion du monsieur pour les jeux à histoire. Et aussi -surtout!- de sa "haine" des systèmes utilisés habituellement pour générer artificiellement ces histoires et leurs péripéties. Que ce soit des cartes Evénement, une application ou, comme ils se multiplient actuellement, de gros volumes remplis de choix à embranchements multiples... qui ne sont là que pour vous emmener là où l'auteur l'a décidé.

Rien de tout cela, donc, dans ce futur Oath qui nous plongera dans l'histoire d'une contrée fictive que les jou... vous (mais si, vous en serez^^) écrirez sur plusieurs générations. Lors de chaque partie, vous incarnerez une personnalité en vue de l'époque qui tentera d'influencer le cours de l'histoire à son avantage. Ou selon ses orientations.

Jeu Oath - Chronicles of Empire and Exile

Le coup de génie ? Cette histoire est sans fin. La situation dans laquelle se termine votre partie déterminera la situation de départ de la prochaine partie. Faites tomber le régime en place, plongeant le pays dans le chaos, et la partie suivante débutera avec une nation dans le chaos le plus complet. Ce qui entraînera, pour les joueurs, de nouveaux objectifs et de nouvelles stratégies à élaborer.

La magie du truc, c'est l'absence de script pré-écrit (comme dans un jeu en campagne avec des embranchements) ou de fin. Chaque partie va profondément modifier l'environnement. Et chaque décision peut avoir des conséquences en cascade sur plusieurs "générations".

Jeu Oath - Chronicles of Empire and Exile - cartes

Et dans la pratique ? Laissons Cole Wehrle l'expliquer lui-même (traduction de son Designer Diary) :

Lors d'une récente partie, les joueurs avaient besoin de remporter le soutien populaire pour gagner la partie. Cependant, au milieu de la partie, un joueur eut la vision d'un empire. Il a levé une énorme armée (devenant très impopulaire au passage) et a commencé à piller les campagnes. L'ordre existant n'a pas pu réagir à temps; ils ont envoyé une armée qui fut mise en déroute par d'habiles archers montés et des forces plus réactives. En peu de temps, la République fut renversée et l'Empire déclaré.

Si les joueurs jouaient à nouveau dans la même session à une date ultérieure, ils trouveraient le jeu beaucoup changé. L'ancienne capitale ancestrale serait en ruines, oubliée. Une nouvelle capitale, née de la conscription et du bellicisme, serait au centre de la carte. En outre, il y aurait de nouvelles capacités liées aux modes de vie nomades et à la guerre. Et, ce qui est peut-être le plus important, la condition de victoire du jeu serait modifiée pour récompenser les joueurs qui contrôlent la plus grande partie du royaume.

Cet empire pourrait durer plusieurs générations ou tomber en ruine en un rien de temps. Ses conséquences peuvent être incrémentielles ou dramatiques. C'est aux joueurs de décider ce qui va se passer ensuite. J'espère que les joueurs considéreront chacun de leurs exemplaires comme un monde à part entière, avec des histoires profondes et dynamiques. Oath est un jeu sur la façon dont les choses changent. Sur les choses qui sont enterrées et celles dont on se souvient. C'est un jeu politique, mais seulement dans la mesure où l'histoire politique sert à organiser le passé et à donner un sens aux choix du présent.

Si après ça, vous n'avez pas la bave aux lèvres, je ne peux rien pour vous (je plaisante, chacun son style).

Peu de détails encore, on sait tout juste que ce sera jouable jusqu'à 5 joueurs. Avec une structure souple : peu importe que vous jouiez à 3 un soir puis enchaîner avec 4 autres joueurs le lendemain; ou que vous vous fassiez ensuite plaisir avec quelques parties en solo pour revenir à votre groupe initial avec un monde totalement différent.

Oath sera un jeu card driven (pour simplifier). Moins complexe que Pax Pamir mais probablement un peu plus que Root. Avec une mise en place extrêmement simplifiée/rapide.

Et nous, on suivra cela de près. De très très près.

8 commentaires

  1. @ciredutemps tout dépend ce que l’on met derrière le mot complexité qui un mot fourre-tout… je préfère faire le distinguo en usant du terme « subtilité » (qui est en soit une forme de complexité) et apposer le terme complexité à la difficulté d’assimilation des mécanques de jeu, Cole à maintes fois clamer le fait que cette 2nd edition de Pax Pamir est plus facilement teachable que Root car moins opaque, la maîtrise du jeu lui est plus opaque .Par subtilité j’entend sous-entend donc également que Pax Pamir est un jeu pour joueurs plus expert.

    Reply
  2. J’en serai à coup sûr !

    Reply
  3. Je suis un peu dubitatif sur « quelques parties en solo pour revenir à votre groupe initial ».
    Si ça me permet d’orienter l’état du jeu vers quelque chose d’avantageux pour ma faction / mes préférences, c’est pas super sympa pour le reste du groupe 🙂

    Reply
  4. En effet ca fait baver ! Pratiquement sur que j en serait, j avais meme commencé a réfléchir a creer un jeu avec la meme idée il y a quelque temps, rip ^^

    Reply
  5. Oops! J’y ai pourtant joué. Je m’etais Mis en tête que Cole était derrière. Désolé.

    Reply
  6. Même pas ciredutemps 🙂 L’auteur de Vast c’est David Somerville. Cole est effectivement arrivé après et il a aidé à lisser un peu Mysterious Manor qui lui est de patrick Leder.

    Reply
  7. L’auteur de Vast, c’est Leder, fondateur de Leder games. Je crois que Cole ne travaillait même pas encore pour Leder Games au moment de Vast crystal Cavern. Il a par contre participé au dévellopement de Vast Mysterious Manor (mais toujours Leder comme auteur).
    Sur la complexité, sans vouloir entrer dans l’éternel débat, le nombre de page de regles n’a pas forcément grand chose à voir avec ! Les splotter ont en général 6 pages de regles… Root a beaucoup de regles, du fait de l’assymétrie des peuples. Pax Pamir est plus profond, plus opaque, et donc pour moi plus complexe. A root, on peut faire jouer beaucoup de monde, Pax Pamir, je vais pas le tenter avec beaucoup…
    John Company reviendra aussi sur KS cette année, pour une 2nd édition, par wehrlegig games.

    Reply
  8. Excellent article à ceci près que Pax Pamir 2nd edition est moins complexe que Root (d’ailleurs le livret règles s’étend sur 10 pages rédigé en gros caractères aisément assimilable, dispo en vf sur bgg) mais bien plus subtile.

    Reply

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

*

Lost Password

Partager cet article avec un ami