Rocketmen de Martin Wallace, un deck-builder sans paillettes mais bien rythmé

Jeu Rocketmen de Martin Wallace par Phalanx et Asyncron

I'm not the man they think I am at home
Oh no no no I'm a rocket man
Rocket man burning out his fuse up here alone

Désolé. C'est plus fort que moi, impossible de penser à ce jeu sans qu'Elton se mette à chanter dans ma tête...

Martin Wallace est un créateur à qui Kickstarter a réservé le meilleur comme le pire. Vous avez probablement tout de suite pensé à Brass; probablement pas à Moa et ses 500 contributeurs.

Kickstarter n'est pas une boutique. L'éditeur fait bien plus la différence que le nom de l'auteur (à moins d'être un auteur "maison" comme Ryan Laukat ou Cole Wherle^^). Et ça tombe bien, Rocketmen est un projet porté par Phalanx qui a déjà à son actifs quelques belles réussites comme U-Boot (8342 contributeurs), Hannibal & Hamilcar ou Nanty Narking... de Martin Wallace (version révisée et re-thématisée de Disque-Monde: Ankh-Morpork).

Le jeu sera disponible en français lors du Kickstarter. C'est Asyncron qui se charge de la localisation, comme toujours (ou presque) avec les projets de Phalanx. Et cela s'est jusque là toujours bien passé.

En 2020, Martin Wallace a donc opté pour la destination tendance : l'espace. Pensez à remercier Elon Musk au passage. Dans Rocketmen, vous serez un pionnier de la conquête spatiale... actuelle. Ou fort proche. Comme Elon, quoi.

Au cœur : un jeu de deck-building de facture assez classique où vous devrez remplir différentes missions (lancement de satellites, construction d'une base spatiale ou d'un vaisseau habitable, tourisme lunaire, minage des astéroïdes en banlieue marsienne...). Qui nécessiteront d'obtenir de nouvelles cartes qui vous procureront les équipements, savoirs, ressources, finances etc. nécessaires. Rien que du classique.

Ou presque. On connaît bien le Wallace et son habitude de mixer les mécaniques. Le deck-building sert en effet surtout de moteur à une construction de tableau (légère). Vous allez pouvoir mettre en jeu certaines cartes (ressources, boosters, techniques etc.) qui serviront à votre prochaine mission. Dans le même tour. Ou le suivant. Ou même dix si vous aimez prendre votre temps.

Jeu Rocketmen de Martin Wallace par Phalanx et Asyncron

Une mission spatiale, ça se prépare. Longtemps. Et cela nécessite des ressources/moyens/techs énormes. Et, ensuite, à la grâce de Dieu !

Ou presque. C'est l'autre mécanique originale/intéressante ajoutée par le monsieur. Pour les missions, les joueurs utilisent un deck commun où chaque carte indique une progression variant entre 0 et 4. La qualité de votre préparation (les cartes jouées avant, donc) vous indiquera le nombre de cartes à retourner et les bonus éventuels dont vous déposez.

Jeu Rocketmen de Martin Wallace par Phalanx et Asyncron
Les cartes communes déterminant le succès d'une mission

Lancer une mission en orbite terrienne nécessitera, par exemple, un score de 8 (8 "cases" à parcourir). Si votre préparation vous donne 2 bonus et 3 cartes, vous devrez donc réussir un score de 6 en retournant 3 cartes du paquet commun. A vue de nez (la répartition est indiquée sur le plateau), un bon 50% de succès. Guère plus.

Certaine cartes peuvent ajouter des compétences supplémentaires (comme la retirer de la partie pour retourner une carte commune supplémentaire).

Le risque est donc bien présent. Mais l'accent est surtout mis sur la gestion du risque. Si la mission est un échec, vous devez en effet défausser toutes les cartes de votre tableau. Et, donc, potentiellement passer plusieurs tours à le reconstituer (et/ou améliorer).

Jeu Rocketmen de Martin Wallace par Phalanx et Asyncron
Qu'est-ce qui pourrait mal se passer ?

Heureusement (pour le jeu qui serait une purge sans cela^^), vous pouvez annuler la mission à tout moment. Et défausser seulement en fonction du nombre de cartes communes retournées (moins une). Abandonner après deux cartes retournées vous coûtera donc une carte de votre tableau.

Si la mission est un succès, vous marquez des points de victoire. Gagnez un bonus pour la suite. Et vous videz votre tableau. Prêt à repartir pour une nouvelle mission que vous choisirez, préparez et "lancerez".

Au passage, notez que les missions proposent généralement plusieurs objectifs (votre station balnéaire spatiale, vous la préférez autour de la Lune ou de MArs ?). Vous pouvez donc, là aussi, moduler prise de risque, gain potentiel et rapidité.

Jeu Rocketmen de Martin Wallace par Phalanx et Asyncron
Setup de départ. En bas le marché.

Dernier twist : le jeu est une course. Aux points; variable selon le nombre de joueurs.

Et c'est tout le sel de ce deck-builder qui tient plus de la construction de tableau (mais pas un tableau définitif puisqu'on le reconstruit à chaque mission). Et qui vous obligera en permanence à jongler entre assurance et urgence, entre préservation des ressources et maximisation des risques. Les garanties. Ou la gloire.

Jeu Rocketmen de Martin Wallace par Phalanx et Asyncron

Est-ce que c'est bien ?

Question facile sans avoir testé l'engin... à laquelle je vais répondre tout de même. Vous en ferez ce que vous voudrez^^

Si le thème vous plait et que vous ne cherchez pas un deck-builder, ça me semble très bien foutu et assez original. Avec certes des phases lentes, durant lesquelles vous allez préparer votre mission, mais pas plus que dans un deck-builder "ordinaire". Largement compensée, à mon avis à moi qui n'ai pas testé, par la petite montée de stress/adrénaline quand vous retournerez les cartes communes.

Si vous cherchez un deck-builder, un vrai... Passez plutôt votre chemin, vous n'allez pas retrouver les sensations que vous aimez (affinage, combos etc.).

Pour moi qui suis un grand fan de La Vallée des Marchands, c'est un oui franc et direct. J'y devine des sensations proches, qui me plaisent. Avec en plus cette gestion du risque et de la chance qui ont le potentiel aux parties épiques et aux stratégies atypiques.

Meilleurs commentaires

  1. Vu que @welldone ne peut/veut pas s’étendre sur le sujet (ce que je comprends très bien).

    Les informations légales concernant Asyncron :
    22/05/18 : redressement judiciaire
    19/11/19 : plan de continuation
    C’est plutôt une bonne nouvelle car la plupart des sociétés en redressement qui n’arrive pas à redresser la barre sont plutôt en liquidation… Ça veut donc dire que le mandataire (celui qui s’occupe des comptes de la société) est plutôt confiant sur la reprise de l’activité et moi personnellement ça me suffit !

  2. Il n’y a qu’à voir d’où est parti The Red Joker pour se convaincre qu’une entreprise peut apprendre de ses déboires passés et réussir à remonter dans l’estime des joueurs.

  3. Bonsoir

    J ai fini mon article sur rocketmen qui sort cette semaine sur le labo des jeux

    En resume oubliez les jeux de gestion ici ca va tres vite
    Un jeu nerveux avec du hasard et de la prise de risque maximale

    Plus d infos sous peu

  4. Ah, ok … je vous aime Patron. … vous êtes le plus fort de tout les patrons qui sont petits … tout petits, petits par rapport à vous … c’est des nains …:joy:

  5. On est tous passée par là…

  6. D’autant plus que le dicton est formel, il n’y a que les imbéciles qui ne le font pas ! Et chacun ici sait que le Patron est loin d’en être un.
    :kissing_heart:

Poursuivez la discussion sur forum.cwowd.com

207 la suite réponses

Participants

Lost Password

Partager cet article avec un ami